"Marrakech reprend son rythme". Nous vous remercions pour vos messages de soutien. Tous nos collaborateurs sont sains et saufs. Notre maison n'a pas été endommagée et l'ensemble des services reste opérationnel. Nous sommes prêts à accueillir nos hôtes comme à notre habitude.

La parole est à notre Directeur Général, Monsieur Eros ABRILE

Article written on 6th novembre, 2021

Derrière chaque hôtel, il y a des hommes et des femmes. Derrière Les Deux Tours, il y a une team qui contribue avec passion et sincérité à l’excellence du séjour de nos guests. Découvrez le portrait de notre équipe de choc à travers nos petites interviews. Ils y expriment leur parcours, leur rôle au sein de l’hébergement et LEUR Marrakech.

 
Quel est votre rôle au sein des Deux Tours ? Je suis le Directeur Général. J’ai le grand privilège de diriger notre établissement en accord avec la vision de notre propriétaire, Monsieur Mathieu Boccara. Sans rentrer dans les détails, j’élabore des budgets prévisionnels, je gère les coûts et recettes, j’analyse les taux d’occupation et le chiffre d’affaires, j’encadre les collaborateurs et veille à la bonne organisation… La liste est longue et j’ai peur de vous ennuyer !

Depuis combien de temps ? Depuis plus de cinq ans. Un certain 17 juin 2016.

Une journée type à nous décrire ? Il n’existe pas vraiment de journées types, la routine n’existe pas ! Mes interactions sont nombreuses avec mes équipes, nos hôtes et les différents prestataires qui nous entourent. Ma présence est quasi journalière. Je consacre du temps à l’observation de notre belle clientèle, ses habitudes, j’essaye d’analyser sa perception d’un séjour pleinement réussi.

Et avant cela ? Une quinzaine d’année en Europe, à Monaco, à Genève et à Londres, dans des maisons de renom tel que le Four Seasons, Fairmont, le Rocco Forte Hotels. Une expérience très enrichissante dans un luxueux resort à Sciacca, petite ville colorée pleine de charme du sud de la Sicile, réputée pour ses thermes, son architecture et son port de pêche. Après un bref passage non concluant dans un hôtel du centre-ville de Marrakech, je suis arrivé aux Deux Tours. J’étais la bonne personne, au bon endroit et au bon moment !

Votre lieu préféré aux Deux Tours ? Lorsque j’ai besoin de m’isoler pour certaines réflexions, la table d’hôte du potager reste mon lieu de prédilection. Une connexion directe à la terre qui me procure une véritable source d’inspiration.

Votre chambre préférée aux Deux Tours et pourquoi ? La suite ‘Grand Bain’. J’aime l’atmosphère intimiste des espaces intérieurs, le charme à la fois rétro et contemporain de la déco et l’extérieur arboré où l’on peut se détendre dans son jacuzzi privé et boire un verre sur sa terrasse.

Les Deux Tours en quelques mots : Un lieu exceptionnel où l’on garde ses habitudes loin de chez soi. On retrouve un luxe que l’argent ne peut pas acheter : l’émotion ! Celle que nous créons avec mes équipes et celle que nous insufflons à nos hôtes. Les Deux Tours, c’est aussi une vraie signature architecturale au cœur de 3 hectares qui ne laisse personne indifférent. Un mélange des styles élégant et inspirant, qui raconte l’histoire d’une rencontre entre un architecte et ses artisans.

Depuis quand êtes-vous au Maroc ? Depuis 6 ans.

Et pourquoi Marrakech ? Mon épouse s’est vu proposer une opportunité au Royal Mansour de Marrakech et c’est naturellement que je l’ai suivi, sachant pertinemment que mes compétences et mon expérience à l’international, me permettront de trouver ma voie professionnelle au Maroc. Je nous félicite d’avoir fait ce choix.

Votre quartier préféré à Marrakech ? Marrakech dans son ensemble. Je m’explique, je n’ai pas de véritable quartier favori. C’est plus l’ambiance humaine qui détermine finalement le lieu que je choisi pour passer un bon moment. Mes sorties sont plutôt épicuriennes, un bon repas, un bon vin, une belle ambiance et je suis heureux !

Votre adresse chouchou (resto, café, …) ? Pour une expérience culinaire unique dans la région, le ‘Ling Ling’ au Mandarin Oriental. Un concept inspiré de l’Izakaya japonais qui consiste à commander des boissons et de les accompagner de petits plats à partager entre amis. Sinon, ‘l’Ô à la Bouche’ à Guéliz, pour sa cuisine française. Une carte bistrot au déjeuner et gastronomique au dîner. Des propriétaires passionnés représentant parfaitement le savoir-faire culinaire français.

Une escapade en dehors de Marrakech ? J’adore vivre les contrastes de la région de Marrakech, surtout en hiver ! Dans la même journée, un déjeuner tardif au bord de la piscine et le soir, dégustation d’une tartiflette à Oukaïmeden, petite station de ski en montagne.

Thé à la menthe ou kahwa ? Kahwa. En bon italien que je suis, je l’aime noir, corsé et sans sucre. Dans l’après-midi, un « ness ness » (=moitié café//moitié lait) pour la douceur de l’après-midi.

Tagine ou couscous ? Couscous. Symbole de convivialité ici et dans le monde entier.

Artisanat ou design ? Le design au Maroc est en perpète évolution. De nombreux designers marocains ont su moderniser l’artisanat dit « classique ». Nos dernières suites d’exception représentent parfaitement cette tendance à faire cohabiter les styles. A première vue, ils paraissent incompatibles, une fois créés, ça fonctionne !

Palais ou musée ? Plutôt palais. Et notamment le Palais Bahia, un chef-d’œuvre architectural de style Mauresque-Islamique et d’inspiration Arabo-Andalous.

Montagne ou désert ? Montagne désertique. Je vous parlais de contraste tout à l’heure, la chaîne du Haut Atlas est l’exemple parfait. Une terre rouge qui évolue selon les saisons, selon les villages que vous traversez. Habillé de blanc en hiver, de couleur ocre en été, les oasis en terrasse… Juste magnifique ! Le petit village d’Asni, situé au pied du djebel Toubkal et à une cinquantaine de km de Marrakech, est un super point de départ pour de belles balades à pied ou à vélo.

Le mot de la fin : Nous faisons en sorte de connaître nos hôtes, de les comprendre, d’anticiper leurs besoins. De les servir avec professionnalisme, certes, mais surtout avec toute notre attention. En constatant le nombre important de clients qui reviennent et pour certains plusieurs fois par an, je me dis que nous sommes sur la bonne voie. Après, nous avons le privilège de recevoir une très belle clientèle épicurienne, qui voyage beaucoup et qui aime les plaisirs simples de la vie, tout comme nous. Nous sommes sur la même longueur d’onde.

Rédaction : Wafa Laksiri

Offres Spéciales

Vérifier la Disponibilité

Annuler